Émilie DORE 
Souper d'un mercredi
2018
Installation artistique 
Circulaire d’épicerie, carton, ustensils divers
48 cm x 37 cm x 77 cm 

Une réflexion sur la consommation alimentaire dictée par l’industrie.

L’ambiance invitante de la table mise, la chaise, la nappe, une invitation à s’asseoir. Le réconfort du quotidien, l’habitude, l’organisation. La représentation des bonnes vieilles valeurs par la vaisselle, utilisée, kitch.

Cette belle mise en scène vient faire office de voile sur la nature même de la nourriture qui la compose. Par contre quand on s’en rapproche et qu’on se pose la question en quoi c’est fait? Un questionnement que je veux rapporter à la nourriture qui semble accessible et abondante, comme dans la circulaire des marchés qui la compose.

C’est la réflexion que je voulais amener au spectateur, de la nourriture fait en image de nourriture telle un choix fait parmi des choix. Les marchés qui nous offrent les spéciaux nous donnant avec la mention de sauvé et d’économiser tout en nous dirigeant habillement à consommer les surplus venus d’ailleurs.

Une abondance accessible oui, mais à quel prix ? Et parlant de prix, en avons-nous vraiment les moyens? Une abondance qui peut être ignorée de certains, mais qui est agressante et un rappel hebdomadaire accroché directement à la porte.

Un origami de marketing qui rend le paraître agréablement alléchant.

Dossier de Presse

2019                      « Des œuvres originales en exposition au cégep », auteur inconnu, Journal L’Express, 12 février 2019

2019                      « L’Espace-galerie présente sa nouvelle exposition : La nature des choses », Isabelle Côté, Actualité du Cégep de Drummondville, 11 février 2019